Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 08:59

Recette de la sauce Harissa

Aussi appelée

" Décapant multi usage issu de l'agriculture biologique "

Après avoir exploré les ressources naturelles et insoupçonnées de la purée de piment recette camerounaise, aussi appelée « sauce debout les morts »  (dont vous trouverez la recette en suivant ce lien sur ce même blog) je me devais de vous révéler les mystères de la préparation de la sauce Harissa, que je prépare déjà depuis quelques années. En secret, car je n’ai pas envie d’avoir de problème avec le ministère de l’Intérieur, pour possession illégale d’explosifs.

Car la sauce Harissa, c’est fort.

Ça vient à bout de n’importe quelle prétention humaine.

Pour avoir une idée, un pharmacologue australien a établi une échelle de la puissance des piments. Echelle appelée « échelle de Scoville » Son but est de renseigner sur la teneur en capsaïne, la molécule responsable de la force du piment. Le niveau Zéro de cette échelle, c’est notre poivron commun. Le piment d’Espelette, qui fait la fierté du pays Basque, contient jusqu’à environ 2 500 unités de capsaïne. Le piment de Cayenne contient 50 000 de ces unités. Le piment Carolina Reaper, le piment le plus fort répertorié à ce jour, contient jusqu’à 2 200 000 de ces unités. Une bombe d’auto-défense (genre poivre) contient jusqu’à 5 300 000 unités de capsaïne. Pour finir par la capsaïne pure, à 16 000 000 d’unités.

Avec notre harissa… Nous sortons de l’échelle de Scoville, pour entrer directement dans une autre classification : Celle pour l’acquisition et la détention d’arme en fonction de leur dangerosité.

Comme ça… Vous êtes prévenus :o)

Donc, Comme d’habitude, j’ai acheté un kilo de piment frais à mon revendeur.

- «  Bah ? Pascal ? Tu pars en Djihad ou quoi ? » M’avait-il demandé par rapport à la quantité de piment demandé.

- « Non ! Non ! Je vais faire de la sauce Harissa pour accompagner mes tajines… » Lui avais-je répondu.

- « Tu es sûr ? Je ne veux pas de problème avec les autorités, moi… »

La première étape consiste à faire sécher les piments. Pour cela, prenez du fil à rôti et une grosse aiguille de couture. Humecter le bout du fil avec votre langue, puis écrasez-le avec votre ongle pour bien l’aplatir. Cela sera beaucoup plus facile pour faire entrer le fil dans le chas de l’aiguille. Percer la queue de chaque piment et faites-les glisser le long du fil. Pour le séchage, il faut attendre au moins trois semaines. Les piments sont secs quand les graines se baladent dans le piment comme des graines dans un sachet en papier. Moi j’ai une autre méthode : Quand je constate que la peinture du plafond de la cuisine commence à cloquer, les joints des fenêtres sont ramollis et mes deux chats perdent leurs poils par touffe. C’est un signe qui ne trompe pas !

A partir de ce moment, je vous conseille vivement de suivre les précautions d’emploi.

Pour rappel : Le SAMU, c’est le 15.

 

Le séchage des piments et la découpe Le séchage des piments et la découpe Le séchage des piments et la découpe

Le séchage des piments et la découpe

Etape suivante : La découpe des piments.

Ce n’est pas parce qu’ils sont secs qu’ils ne présentent plus de danger. Bien au contraire. Je vous conseille très vivement de mettre des gants. Non pas que la capsaïne risque de vous ronger les doigts jusqu’à l’os, mais simplement que les particules sèches vont « s’aérosoliser » comme une arme chimique. Donc, pas de précipitation, et pas de mouvements brusques que vous pourriez regretter. Découpez les piments d’un coup de ciseau habile au niveau de la queue. Puis, ouvrez le piment dans le sens de la longueur pour en débarrasser les graines.

- « Chéri ? C’est quoi cette odeur dans la cuisine ? Ça sent le plastique brûlé et j'ai les yeux qui piquent ! » Me demande mon épouse, un tantinet inquiète.

- « Ce n’est rien, mon amour ! Je prépare de la sauce Harissa : Ce sont mes gants qui cuisent sous l'effet du contact avec la caspaïne »

- « Tu veux que je t’apporte de la Biafine ? Ou j'appelle directement le SAMU ? »

Le trempage des piments, la préparation du laboratoire, la vidange du jus... Attention à vos canalisations :o)Le trempage des piments, la préparation du laboratoire, la vidange du jus... Attention à vos canalisations :o)Le trempage des piments, la préparation du laboratoire, la vidange du jus... Attention à vos canalisations :o)

Le trempage des piments, la préparation du laboratoire, la vidange du jus... Attention à vos canalisations :o)

Etape suivante : Le trempage.

Disposer les piments dans un saladier en Pirex, en métal ou en terre cuite. Eviter le plastique :o) Puis remplissez ce saladier d’eau tiède jusqu’à ce que tous les piments soient recouverts. Couvrez le saladier et attendez une bonne heure. Pendant ce temps, préparer le laboratoire de transformation :

De l’huile d’olive, du sel, du poivre, de l’ail, et du carvi. Cependant vous pouvez y apporter vos propres ingrédients : tomates, cumin, coriandre, pourquoi pas de la menthe, etc.

Pourquoi un hachoir à viande en métal ?

A ma toute première tentative, j’ai sacrifié un robot ménager… Il n’a pas tenu le choc corrosif. Il a fondu. Il était en plastique…

Après une heure, vos piments auront retrouvé de la souplesse et seront prêts à être hachés. Il est fortement conseillé de vider le jus des piments, dans une canalisation que vous savez résistante. Sinon votre domicile sera classé SEVESO.

- « Ah ! Ça tombe bien ! Il ne me restait plus de DESTOP ! »

- « Il n'y a pas que les canalisations qui vont être propres, ma chérie... ça va tuer tous les rats dans les égoûts...»

Je vide ou je ne vide pas ????Je vide ou je ne vide pas ????

Je vide ou je ne vide pas ????

Etape suivante : Le mélange d’épice.

Seuls les fans de DUNE de Franck HERBERT, savent que le mélange d’épice constitue un puissant stimulant cérébral et permet à certains humains de décupler leurs capacités physiques. Aucun risque de voir vos yeux devenir bleus avec de l’ail et de l’huile d’olive ^^ Pour ma part, j’écrase grossièrement deux gousses d’ail et une bonne cuillère à soupe bombée de carvi dans un pilon, le tout assaisonné de sel et de poivre, avec un trait d’huile d’olive. La CHOM est un bon fournisseur…

Ne pas utiliser de plastique pour cette étape... Le plastique fond XDNe pas utiliser de plastique pour cette étape... Le plastique fond XDNe pas utiliser de plastique pour cette étape... Le plastique fond XD

Ne pas utiliser de plastique pour cette étape... Le plastique fond XD

Etape suivante : Hachez les piments !

Le risque de cette étape, c’est l’explosion.

Je plaisante :o)

Quoique s’il y une étincelle qui vient prendre contact avec la purée de piment… Je ne sais pas.

Passez les piments une fois dans le hachoir, puis une seconde fois en ajoutant le mélange d’épice. Puis une troisième fois, pour donner une texture de purée mélangée.

Votre harissa sera d’une couleur rouge dynamite, et prête à consommer !

Disposez-la dans des récipients hermétiques prévus à cet effet. A conserver au réfrigérateur à l’abri de vos enfants, des animaux domestiques, des malades cardiaques, des femmes enceintes, etc.

- « Pascal ? Notre frigo est en panne ! » S’exclame ma charmante épouse.

- « Ah bon ? Pourtant il est tout neuf ! »

- « Regarde ! Le lait a caillé, la viande est comme fossilisée, les yaourts sont devenus des mottes de beurre et la salade est de couleur orange… »

Une chose… Vérifiez bien l’étanchéité de vos récipients avant de mettre votre Harissa au réfrigérateur ! ça bouffe tout, même les joints...

Sinon, vous pouvez aussi en manger !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Katouk 16/12/2014 20:49

AU TOP !!!!

trafic 12/11/2014 04:57

On en veut davantage avec autant d\'humour. Merci.

Pascal DINOT 12/11/2014 08:16

Merci pour le commentaire ^^
A la prochaine pour une autre recette
Pascal

Breugnot 04/09/2014 04:55

Je reconnais quelques expressions, merci pour la recette je vais tenter...

Système de Sécurité Incendie

Le voyeur - anime


Rechercher

NUMEROS D'URGENCE

POLICE 17
POMPIERS 18
SAMU 15
KRONENBOURG 1664
PASTIS 51
GET 27
EKU 28

Classes de Feu

CLASSE A Feux de solides. Feu produisant
des braises (Barbecue, merguez
cramées, etc.)

CLASSE B Feu de liquides (Vodka, cognac)
Boire APRES avoir éteind la flamme
CLASSE C Feu de gaz (Pets flambés) Juste
Après avoir passé la classe A et B,
La cause responsable de nombreux
départ de feu de pantalon, appelé
aussi le syndrôme de "l'anus braisé"
CLASSE D Feux spéciaux (métaux, artifice)
CLASSE F Feux domestiques (un remix des
trois premières classes de feu)
CLASSE X Filles en chaleur. Feu maîtrisable
de petite culotte ou de string. Ne
jamais utiliser d'extincteur, toujours
arroser à la lance à incendie.
CLASSE Q Feu non maîtrisable de fille en
chaleur. Nécessite l'intervention
de 3 casernes de pompiers pour
éteindre une fille qui a le feu au Q

Les dangers de l'alcool...

... Chez les enfants de 3 ans. Moi, à 3 ans, je savais déjà où mon tonton planquait sa bouteille de gnôle. Attention pas du tout venant, du costaud, du balèze, du lourd, de l'alcool de bûcheron des plaines de sibérie. Mon Tonton, il en mettait même dans son Solex. Après en avoir bu un verre, mon Tonton, il faisait une grosse sieste. Et moi j'en profitais pour téter la boutanche quand tonton pionçait sur son fauteuil. J'ai l'alcool imaginatif, qu'est-ce que je peux raconter comme connerie quand je suis torpillé ! Mais à 3 ans, mon trip, c'était de me déguiser en "Majorette"
Va savoir ce qu'il se passe dans la tête des gamins...
RA-TA-TATA-RA-TATA-TATA
POUET-POUET !