Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 décembre 2008 2 16 /12 /décembre /2008 20:06
Voyez-vous, mes chers lecteurs, j'adore la bouffe. La bonne "Tortor" comme la petite becquetance.

" J'adore acheter les bons produits !
J'adore faire avec les bons outils !
J'adore manger avec des bons amis ! "


(Cherchez pas, c'est de moi ! c'est pour la postérité, au minimum ! vous pouvez noter Pascal DINOT le 16 décembre 2008 à 20:19 et quelques poils)

Qu'importe...

Ce soir, c'était paupiette. Il me fallait des paupiettes. Mais j'étais pressé. J'aurai dû prendre mon temps, ne pas me précipiter, bien jauger la bête avant. Mais voilà : j'ai fait le consommateur qui ne veut pas rater "Star Académie", j'ai acheté sans regarder. Je rentre à la maison, sûr de pouvoir m'adonner à ma drogue favorite. Un oignon, des lardons fumés, des patates, des carottes, des pitipois, du beurre, 25 cl de vin blanc, un peu de farine, et les divines paupiettes spéciales "RRRRaaaalouffff". Tient au passage ! Vous pouvez me dire pourquoi à chaque fois que je commande une pizza 4 jambons, les meilleures sont toujours faites par mes amis arabes et musulmans ??? bref ! passons !

Je sors ma cocotte en fonte de couleur verte, je la place sur un feu vif, mais pas colèreux. Pendant ce temps j'épluche l'oignon en écoutant "Avec le temps" de Léo FERRE, comme ça je peux pleurer sans honte masculine, en pretextant que c'est les oignons ! Je jette un bon morceau de beurre dans la cocotte qui frétille d'un coup et je dépose les paupiettes pour les faire joliment rotir...patiemment, "Avec le temps", de chaque côté. Quand la paupiette commence à dorer d'une belle couleur ambre, comme un rayon de soleil couchant posé sur la peau d'Audrey PULVAR, je les sors pour les mettre de côté. Les puristes diront "réserver". Je sacrifie les lardons à l'enfer de feu de ma cocote, en gratouillant bien le fond, pour récupérer les sucs de cuissons. Quand le gras commence à napper le fond de la cocotte, je rajoute l'oignon émincé, je mélange bien pour que chaque petit morceau d'oignon soit bien recouvert, puis je baisse le feu et je couvre pour laisser 5 minutes. Je bois une bière. Pendant les 5 minutes, j'épluche le reste des légumes (frais ! n'est-ce pas !) puis je sors les lardons et les oignons avec une cuillère en laissant bien le gras liquide DANS la cocotte. Je rajoute un peu de farine, que je mélange énergiquement au gras, on appelle cela faire un "roux". Il faut toujours garder un peu de farine et de beurre de côté, au cas ou vous le rateriez. C'est avoir un "roux" de secours. (oui, je sais c'est nul !)


Je verse les 50 cl de vin blanc. comment ça 25 cl ? j'ai dit 25 ? vous déconnez  ! vous avez mal lu ! non ! Ne regardez pas le premier paragraphe ! vous allez le regretter ! et bien voilà ! je vous l'avais dit ! vous avez regardé ! c'est dingue, on ne peut pas vous faire confiance ! Je mélange bien. jusqu'à ce que l'appareil prenne une consistance sirupeuse. Puis je rajoute les légumes, et les paupiettes. Je bois une bière.

J'oubliais : Sel poivre !

Oui, je fais la bouffe, la cuisine est une affaire trop importante pour être laissé à une femme. N'y voyez rien de macho ! je ne sais pas draguer et je n'ai aucune technique de drague, la cuisine c'est ma drague à moi ! Les informations déversaient leurs colis de mauvaises nouvelles, crises financières par-là, crises financière par-ci, crise de confiance des marchés... Des marchés ??? Aaah non, des marchés financiers ! ouf !  et moi j'avais mon assiette, quand soudain...

HORREUR !

J'étais piégé. Du terrorisme à l'état pur. Entre mon couteau et ma fourchette, je venais de m'apercevoir qu'Al Qaïda avait infiltré les boucheries, pour remplacer la bonne vieille ficelle de boucher, de ma paupiette par une saloperie d'élastique explosif... Et je portais une chemise blanche... Surtout ne rien tenter... respirer tranquillement. Je devais pouvoir me sortir de cette situation critique, avec mon entraînement militaire de cuisine italienne, qui consiste à manger des spaghetti bolognaise, avec seulement une fourchette et sans serviette. Je me suis classé premier de l'escadron bleu (La squadra azzura !) Alors c'est pas un élastique de merde qui va....

CLAC !

PUTAIN DE BORDEL DE MERDE D'ELASTIQUE A LA CON !


Petit boucher de grande surface ! Terroriste ! Assassin de chemise blanche ! Je vous déteste bande d'ordure, tout cela pour aller plus vite ! ça m'apprendra ! La prochaine fois  je demanderai à mon boucher de quartier de me les préparer pour moi tout seul, avec de la vraie ficelle, c'est un pro' et il a le coup de main. Sauf qu'il est obligé de me les faire la nuit, quand sa boucherie est fermée.

Il s'appelle Abdel, il tient une boucherie Hallal... Il fait des merguez... Grave....





Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pamela 17/12/2008 09:10

mais c'est un blog de mec... la nappe de cuisine aussi!!!!!!

pascaldinot 17/12/2008 18:40


Et oui c'est bien un blog de mec ! aucun doute très chère Pamela, j'espère que tu as pris du plaisir et une bonne tranche de rigolade sur mon blog, et, tient ! su tu veux voir ma tronche, je vais
coller une photo de moi et des mes futurs collaborateurs deamin, pour tourner un petit court métrage. Donc à demain !

Pascal DINOT Héro méconnu du XXIème siècle


Système de Sécurité Incendie

Le voyeur - anime


Rechercher

NUMEROS D'URGENCE

POLICE 17
POMPIERS 18
SAMU 15
KRONENBOURG 1664
PASTIS 51
GET 27
EKU 28

Classes de Feu

CLASSE A Feux de solides. Feu produisant
des braises (Barbecue, merguez
cramées, etc.)

CLASSE B Feu de liquides (Vodka, cognac)
Boire APRES avoir éteind la flamme
CLASSE C Feu de gaz (Pets flambés) Juste
Après avoir passé la classe A et B,
La cause responsable de nombreux
départ de feu de pantalon, appelé
aussi le syndrôme de "l'anus braisé"
CLASSE D Feux spéciaux (métaux, artifice)
CLASSE F Feux domestiques (un remix des
trois premières classes de feu)
CLASSE X Filles en chaleur. Feu maîtrisable
de petite culotte ou de string. Ne
jamais utiliser d'extincteur, toujours
arroser à la lance à incendie.
CLASSE Q Feu non maîtrisable de fille en
chaleur. Nécessite l'intervention
de 3 casernes de pompiers pour
éteindre une fille qui a le feu au Q

Les dangers de l'alcool...

... Chez les enfants de 3 ans. Moi, à 3 ans, je savais déjà où mon tonton planquait sa bouteille de gnôle. Attention pas du tout venant, du costaud, du balèze, du lourd, de l'alcool de bûcheron des plaines de sibérie. Mon Tonton, il en mettait même dans son Solex. Après en avoir bu un verre, mon Tonton, il faisait une grosse sieste. Et moi j'en profitais pour téter la boutanche quand tonton pionçait sur son fauteuil. J'ai l'alcool imaginatif, qu'est-ce que je peux raconter comme connerie quand je suis torpillé ! Mais à 3 ans, mon trip, c'était de me déguiser en "Majorette"
Va savoir ce qu'il se passe dans la tête des gamins...
RA-TA-TATA-RA-TATA-TATA
POUET-POUET !