Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 11:46

Le PascalQuel plaisir !

 

Que cette fin de matinée de printemps, sous un ciel bleu immaculé. Baigné d’un soleil impétueux, apportant la divine chaleur qui fait raccourcir les jupes. Chaleur se disputant à cette vivifiante fraîcheur d’un mois de mai, de ce petit vent farceur qui vient raffermir les poitrines féminines à son contact et qui s’engouffre malicieusement entre des jambes enfin dévoilées. De toutes ces femmes impatientes d’un retour de l’été, qu'elles en oublient, lors d’un instant, qu’elles ne sont plus en pantalon, ni en col roulé. lorsqu'elles sont penchées en avant ou les jambes pliées.  Que voulez-vous je suis un incorrigible voleur d’intimité, de cette rondeur charnelle découverte sous un chemisier blanc, de ce haut de cuisse, de cette chute de rein laissant apparaître le haut d’un string dépassant de sa jupe ou, quand on a un œil acéré comme le mien… découvrir qu’il n’y a rien ! Sous la jupe !

Je suis comme un garnement voleur de bonbon dans une boulangerie pâtisserie, gourmand de cette demi seconde d’émoi profond, qui fait de moi un homme heureux.  Et c’est justement là que je me rendais, à la boulangerie pâtisserie, le sourire aux lèvres, les mains dans les poches, sifflotant l’ode à la joie, devant la tonitruante cacophonie de la nature enfin réveillée, comme mes hormones.

J’avais envie de me taper une religieuse.

Je parle d’une pâtisserie.

Une religieuse au chocolat, comme ça je pourrais caresser la rondeur dorée du choux en pensant aux hanches d’Audrey PULVAR. Cependant mon envie de religieuse n’était pas pleinement satisfaite, quelque chose manquait irrémédiablement pour atteindre l’extase de ce jour délicieux. Certes, le chocolat en faisait parti. Il me fallait du croquant, du croustillant, que l’on ne trouve pas dans une religieuse. Ou alors il faut être un sacré pervers.

Arrivé à la boulangerie pâtisserie, j’étais encore hésitant devant l’étalage parfaitement agencé et alléchant. Et barrant ma bouche de mon index pour éviter de dire une connerie, comme à mon habitude, je restais totalement indécis. J’avais envie d’autre chose. Cependant derrière moi, la clochette de la porte tinta. La boulangère salua le client qui venait d’entrer, client qui lui rendit la politesse. Quand soudain, la divine étincelle de la gourmandise m’électrisa.


« Vous avez des têtes de nègres ? » Demandais-je, jovial.

Le visage de ma boulangère se décomposa. Puis elle me répondit apparemment gênée.

«  Nous n’en faisons plus... »

« Ah bon ? Et pourquoi donc ? »


Ma boulangère me faisait vite comprendre par un raclement de gorge, ainsi que quelques regards dirigés, que le sujet devait soigneusement être évité. Effectivement, le client derrière moi était justement un congénère mélanoderme d’un certain âge.

Mélanoderme, pour les imbéciles, veut dire qu'il avait une tête de pâtisserie disparue.

Ma boulangère s’approcha et me tint une réponse à demi mot.


« On en fait plus à cause du nom trop péjoratif »


J’étais décontenancé. Je venais de me rendre compte de l’insoutenable réalité :

Ma gourmandise n’allait pas être satisfaite à cause d’une relation entre un nom et une couleur et nullement d’une question de goût.

Pourtant les goûts et les couleurs...

Je me fous totalement de la couleur des gens, pourvu qu'ils aient du goût pour certaines choses et en particulier pour les « Têtes de nègre »

Puis, les épaules basses, la stupidité de ce monde m’écrasa le moral. Effectivement, on ne pouvait laisser une pâtisserie, somme toute franchouillarde, avoir le nom de « Tête de nègre », avec le passé colonialiste que l’on traîne et un FN au second tour des élections présidentielles.

Mais au point d’en faire disparaître une pâtisserie ?

Oui, forcément... OUI !

Parce que « Tête de nègre » est péjoratif, quand le rapport direct entre le nom et la couleur véhicule et entretient la différence. Oui quand ce rapport en est si intime qu’il en devient choquant. Oui, car il est si difficile de parler de la couleur des gens, avec des mots choisis, tout en évitant l’amalgame culture, couleur, immigration, ADN, etc. Oui quand les susceptibilités sont chatouillées uniquement dans le but de faire réagir. Alors oui : il vaut mieux supprimer les éléments de la discrimination.

Non, merde ! NON !

Je suis pour le retour des « têtes de nègre » dans nos pâtisseries sans avoir à faire ce rapport discriminant, qui n’a rien à voir avec la gourmandise. Vous pourrez me dire tout ce que vous voudrez sur le racisme, je n’y entendrais rien. Lorsque je fais une mousse au chocolat, je ne pense pas à Malcom X, ni a Spike Lee, ni à Martin Luther KING, même si à un moment dans la recette : il faut battre les blancs.

Le seul problème de cette pâtisserie n’est pas son existence intrinsèque, mais son appellation. Pourtant d’autres pâtisseries pourraient être définitivement supprimés des étalages parce que péjoratif et discriminant.

Exemple :


-         Le Pape Benoît XVI peut demander le retrait des « Religieuses » car on ne peut pas se taper une religieuse impunément.

-         Christine LAGARDE, peut demander le retrait des « financiers » une pâtisserie en forme de lingot doit être vendu dans une banque

-         Steevy BOULAY peut demander le retrait des « glands » dans son cas, c’est amplement justifié.


« Vous n’avez jamais pensé à changer le nom ? » demandais-je à ma boulangère

« Si, on l’a appelé la boule noire pendant un temps, mais cela n’a pas marché » Me répondit-elle


Derrière nous, le client mélanoderme jouissait intérieurement de nous voir confiné dans notre merde... noire. Et malgré son âge avancé, il attendait debout, fier, et avec une certaine délectation, nos prochains mots involontairement indélicats concernant sa condition. Mais devant mon indécision, ma politesse m’obligea à céder ma place devant son grand âge.

Il demanda des « têtes de nègre »

La boulangère était décomposée, ne sachant pas quoi lui répondre sous peine de dire une connerie, la faisant passer pour une raciste. Moi je préférais hausser les épaules, attendant la sentence définitive sur ma « blanchitude » colonialiste, etc. etc.

Pourtant rien…

Le vieil homme était désolé de ne point pouvoir retrouver sa pâtisserie favorite. Il nous avait bien entendu, il avait bien compris le sens de nos propos, et nous étions trois à penser la même chose.

C’était bon les « têtes de nègre »…

 

Alors par pitié, cessons-là cette hypocrisie très française. C’est pour cela que je demande instamment la réhabilitation de cette pâtisserie. Redonnons-lui un nom correct. Redonnons-lui un nom synonyme de fierté de sa négritude et redonnons-lui la place qu’elle a toujours eue… La négritude pâtissière deviendra fierté nationale, permettant un transfert de culture et surtout l’éducation des imbéciles. Et dans ce cas un seul nom me vient à l’esprit !

 

Aimé CESAIRE

 

Voilà ! Un nom qui correspond exactement à cette pâtisserie.

 

Pascal DINOT

 

" Aucune race n'a le monopole de l'intelligence, de la beauté, de la force, et il y a une place pour tous au rendez-vous de la victoire."

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Mie 11/01/2015 10:06

Ah quel souvenir d'enfance cette ... "Tête de Nègre" dont j'obtenais un morceau par la Cuisinière du Château qui habitait près de chez moi. Merci Mme Lafrange de m'avoir permis d'aimer les bonnes choses en ... en cachette, m'apportant une petite part de ces douceurs dont, à l'époque, tout le monde ne pouvait pas bénéficier ! Pas question de racisme à l'époque maintenant quel amalgame ! Votre texte est très beau ...

Bruno 29/11/2014 11:51

Même si l'article est ancien et que je l'ai lu déjà 2 ou 3 fois (à plusieurs mois d'intervalle entre les lectures), tellement j'en apprécie l'humour, je me permet de déposer mon modeste commentaire. Que dire des pets de nonne et des coucougnettes... De même, les personnes de couleur de peau blanche (puisqu'il faut faire preuve d'hypocrisie allons y jusqu'au bout), devraient se plaindre, car depuis longtemps on bat les blancs en neige .. pourquoi le racisme devrait toujours être dans un seul sens, quand on parle de couleur de peau autre que la blanche ? Un policier blanc se croyant en légitime défense tue un jeune noir, c'est un crime raciste, un policier noir tuant un jeune blanc, c'est une bavure... pourquoi 2 poids, 2 mesures, dans le traitement des couleurs de peau ? Il faudrait peut être un jour arrêter avec ce cliché de l'homme blanc colonisateur et de l'homme noir (ou toute autre couleur de peau), victime. Je ne suis pas raciste, mais certains agissements de ligues anti raciste ou de communautés de personnes de couleur, arriveront un jour à me faire devenir raciste...
Sinon je suis tomber (aïe ça fait mal ;-) ) sur ce billet d'humeur, en faisant des recherches sur la tête de négre, suite à un post sur Facebook, qui s'étonnait de ne plus trouver de tête de nègres dans les boulangeries....
En parlant de croustillant dans la pâtisserie, connaissez vous une spécialité que nous appelons dans notre région le Paris-Troyes ? Ça ressemble un peu à la célèbre pâtisserie Paris- Brest, même crème pralinée dedans, mais avec un peu de meringue et de je ne sais pas qui fait un croustillant.. mmh !! un régal !!!

DINOT Pascal 30/11/2014 13:03

Merci pour ce long commentaire, Bruno.
Oui, effectivement, ce texte est vieux, le style trop vert. Maintenant que j'ai pris un peu de bouteille, j'ai décidé de le publier. Il fera partie d'un recueil avec d'autres textes et d'autres idées à développer sur l'ironie et le cynisme de ce monde. Je ferai certainement de la publicité sur ce blog.
Encore Merci et très bonne continuation.
Pascal

ngvk 27/03/2014 13:57

L'article est ancien mais je viens juste de tombée dessus... Les têtes de nègre, terme que je n'apprécie guère puisque j'ai moi-même cette tête, est maintenant appelé "le merveilleux" et c'est toujours aussi bon !!! Vous pourrez le dire à votre boulangère ;)

Mie 11/01/2015 10:17

Pour NGVK ... justement pourquoi ne pas apprécier ce Nom ... Vous devriez penser au plaisir que l'on a à vous "déguster" lentement à la petite cuillère et en rire. Et, comme une autre personne l'a dit ... Vous devriez penser que les "Blancs" ont été fouettés pour ce dessert que vous semblez apprécier vous aussi ! Pour réfléchir simplement ...

Pascal DINOT 27/03/2014 15:31

Merci pour le commentaire !
Pascal

pinceaux.en.voyage.over-blog.com 26/05/2011 09:00


je me suis REGALEE.! franchement régalée ! seulement 3 commentaires, c'est pitié ... cette ironie décalée ..bref j'aime mais sans facebook
anne-marie


pascaldinot 26/05/2011 16:12



Merci merci !


J'avoue en être assez fier de ce texte, d'autant plus que je me suis bidonné tout seul en l'écrivant ! Mais entre nous, un commentaire comme le tien en vaut des centaines pour moi.


Encore merci d'avoir lu et commenté !


Pascal



merciharakiri 16/03/2011 08:15


Bravo à l'inventeur du mot "mélanoderme ", c'est du grand art dans le maniement de la langue française !

une petite blague décolorisée:
une famille de mélanodermes décide de se blanchidermer pour échapper au racisme , le papa et la maman utilisent sous la douche un blanchidermant qui va leur changer la vie. Ils ressortent blanc
normal, et au moment d'envoyer le petit garçon sous la douche celui-ci refuse en hurlant ! Le papa regarde la maman et lui dit:
" T'as vu ça fait pas dix minutes qu'on est blanchidermes et on est déjà emmerdés par un Mélanoderme !"


Système de Sécurité Incendie

Le voyeur - anime


Rechercher

NUMEROS D'URGENCE

POLICE 17
POMPIERS 18
SAMU 15
KRONENBOURG 1664
PASTIS 51
GET 27
EKU 28

Classes de Feu

CLASSE A Feux de solides. Feu produisant
des braises (Barbecue, merguez
cramées, etc.)

CLASSE B Feu de liquides (Vodka, cognac)
Boire APRES avoir éteind la flamme
CLASSE C Feu de gaz (Pets flambés) Juste
Après avoir passé la classe A et B,
La cause responsable de nombreux
départ de feu de pantalon, appelé
aussi le syndrôme de "l'anus braisé"
CLASSE D Feux spéciaux (métaux, artifice)
CLASSE F Feux domestiques (un remix des
trois premières classes de feu)
CLASSE X Filles en chaleur. Feu maîtrisable
de petite culotte ou de string. Ne
jamais utiliser d'extincteur, toujours
arroser à la lance à incendie.
CLASSE Q Feu non maîtrisable de fille en
chaleur. Nécessite l'intervention
de 3 casernes de pompiers pour
éteindre une fille qui a le feu au Q

Les dangers de l'alcool...

... Chez les enfants de 3 ans. Moi, à 3 ans, je savais déjà où mon tonton planquait sa bouteille de gnôle. Attention pas du tout venant, du costaud, du balèze, du lourd, de l'alcool de bûcheron des plaines de sibérie. Mon Tonton, il en mettait même dans son Solex. Après en avoir bu un verre, mon Tonton, il faisait une grosse sieste. Et moi j'en profitais pour téter la boutanche quand tonton pionçait sur son fauteuil. J'ai l'alcool imaginatif, qu'est-ce que je peux raconter comme connerie quand je suis torpillé ! Mais à 3 ans, mon trip, c'était de me déguiser en "Majorette"
Va savoir ce qu'il se passe dans la tête des gamins...
RA-TA-TATA-RA-TATA-TATA
POUET-POUET !