Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 12:49

LEVOYEUR audebutetaitlecommencement

LEVOYEUR pagesprecedente rouge

 

Et effectivement il y allait avoir le feu.

L’heure de la fermeture de la porte d’entrée avait sonné.

« Enfin seul » me disais-je en me frottant les mains.

Je verrouillai les deux gros battants et m’apprêtais à enclencher le système d’alarme quand une joyeuse discussion en anglais provenant du fond du couloir m’arrêta, le doigt sur le clavier numérique du boîtier.

« Raté... »

Tandis qu’un peu agacé, je déverrouillais la lourde porte d’entrée, le groupe arriva dans le hall. Il y avait parmi le groupe une voix féminine. Le groupe s’engagea pour sortir mais je ne compta que cinq personnes, et en particulier, cinq hommes. C’est sûrement ce qui me fit tourner la tête pour voir où était passé la femme qui devait, elle aussi, normalement sortir.

Anne-Sophie se tenait debout en haut des marches, la main levée en signe d’au revoir, étonnée de me voir là, en uniforme d’agent de sécurité incendie. C’était la première fois que nous nous rencontrions sans que cela soit arrangé par elle. Cette rencontre inattendue et fortuite provoqua un amusant embarras entre nos deux personnes, nous renvoyant à nos rencontres timides de nos débuts.

« Je vais rester encore un peu. J’ai un dossier à traiter » Me lança-t-elle 

« Faites à votre convenance, Madame, je suis ici toute la nuit » lui répondis-je, rassurant

Dix minutes après je recevais un SMS alarmant :

http://kaiven.k.a.pic.centerblog.net/7ekebhv6.jpg« Il y a le feu au 2ème étage, bureau 213 »

N’écoutant que mon courage, je m’équipais de tout le matériel possible et je déboulais dans le bureau. Anne-Sophie m’y attendait troublante, offerte et enflammée plus qu’à l’accoutumée

« Où se trouve le feu à  éteindre, Madame ? »

« Là ! » Me dit-elle en indiquant sa culotte de l’index.

Il existe plusieurs façon d’étreindre un feu... Pardon... d’éteindre un feu : Par refroidissement, par étouffement ou par inhibition. Anne-Sophie était très désinhibée.

« Pourquoi tu regardes le plafond ? » Me demanda-t-elle

« C’est à dire que... Tu dégages tellement de chaleur que j’ai peur que tu fasses péter une tête SPRINKLER... et que l’on prenne une douche. »

On avait pas besoin de Sprinkler, j'avais déjà la colonne humide.... (tuyauterie fixe et rigide aménagée dans les bâtiments de plus de 50 mètres, alimentée en eau en permanence, et dans mon slip aussi) Nous passâmes la nuit ensemble à essayer chaque service. J’avoue une petite préférence pour le service juridique.

Le lendemain matin, je rentrais chez moi sur les rotules, heureux, conduisant ma moto, comme on fait du tricycle, saluant la foule comme l’équipe de France 98 descendant les Champs-Élysées avec la coupe du monde de foot. J’étais « ZE KING » jusqu’à ce que j’arrive chez moi et qu’un camion de déménagement ne bouche l’entrée du bâtiment.

Voilà ! j’ai fait le tour, je vous ai planté le décor.

Je suis un agent de sécurité qui a une relation adultère avec une femme mariée, que je trompe avec une femme séparée et/ou inversement, selon la parallaxe. Mon travail consiste à vous protéger de ce qui n’arrive « qu’aux autres » parce que vous pensez être plus intelligents que « les autres », mais certainement moins intelligent qu’un agent de sécurité, qui ne fait pas de différence entre vous et « les autres » Vous adorez transgresser les règles en minimisant vos responsabilités, nous assurant de la non-gravité vos actes, sans prendre conscience qu’une petite étincelle ou un mégot mal éteint dans une poubelle peut faire cramer trois pâtés de maison. Cependant, vous adorez nous coller sur le dos tous vos malheurs, nous avons le dos large. La moindre réponse négative de notre part et c’est un prétexte pour déverser toute votre colère domestique et professionnelle. Vous nous imputez votre mal-être parce que nous représentons le refus, la négation. Nous vous interdisons un accès, nous vous refoulons à une entrée, vous nous insultez copieusement. Parfois, nous nous demandons si nous ne sommes pas plutôt des assistantes sociales, obligées d’écouter vos problèmes dont on se fout largement. Si seulement nous avions, une seule fois dans notre existence, le droit de vous répondre et d’agir en fonction de ce que nous ressentons à ce moment.

Alors là, aucun agent de sécurité ne s’en priverai, n’est-ce pas ?

Juste une journée de plein pouvoir !

 

LEVOYEUR pagesuivante rouge

 

A dimanche !

on va bientôt rentrer dans le vif du sujet...

A plus tous !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nounedeb 23/09/2010 18:47


Salut Pascal! Ça va vraiment être encore plus chaud? Je vais te refroidir, moi: vas donc faire un tour à la ligne 10. A Dimanche, donc.
:}


pascaldinot 24/09/2010 15:19



Rôôôôôô. enlala !


c'est rectifié !


BiZzz



Système de Sécurité Incendie

Le voyeur - anime


Rechercher

NUMEROS D'URGENCE

POLICE 17
POMPIERS 18
SAMU 15
KRONENBOURG 1664
PASTIS 51
GET 27
EKU 28

Classes de Feu

CLASSE A Feux de solides. Feu produisant
des braises (Barbecue, merguez
cramées, etc.)

CLASSE B Feu de liquides (Vodka, cognac)
Boire APRES avoir éteind la flamme
CLASSE C Feu de gaz (Pets flambés) Juste
Après avoir passé la classe A et B,
La cause responsable de nombreux
départ de feu de pantalon, appelé
aussi le syndrôme de "l'anus braisé"
CLASSE D Feux spéciaux (métaux, artifice)
CLASSE F Feux domestiques (un remix des
trois premières classes de feu)
CLASSE X Filles en chaleur. Feu maîtrisable
de petite culotte ou de string. Ne
jamais utiliser d'extincteur, toujours
arroser à la lance à incendie.
CLASSE Q Feu non maîtrisable de fille en
chaleur. Nécessite l'intervention
de 3 casernes de pompiers pour
éteindre une fille qui a le feu au Q

Les dangers de l'alcool...

... Chez les enfants de 3 ans. Moi, à 3 ans, je savais déjà où mon tonton planquait sa bouteille de gnôle. Attention pas du tout venant, du costaud, du balèze, du lourd, de l'alcool de bûcheron des plaines de sibérie. Mon Tonton, il en mettait même dans son Solex. Après en avoir bu un verre, mon Tonton, il faisait une grosse sieste. Et moi j'en profitais pour téter la boutanche quand tonton pionçait sur son fauteuil. J'ai l'alcool imaginatif, qu'est-ce que je peux raconter comme connerie quand je suis torpillé ! Mais à 3 ans, mon trip, c'était de me déguiser en "Majorette"
Va savoir ce qu'il se passe dans la tête des gamins...
RA-TA-TATA-RA-TATA-TATA
POUET-POUET !