Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 août 2010 7 22 /08 /août /2010 19:13

LEVOYEUR audebutetaitlecommencement

LEVOYEUR pagesprecedente rouge

 

Je dirai même qu’Anne-Sophie est l’antithèse de Julie.

Quand Ils ont envie de baiser, les hommes n’ont que deux solutions : Les putes ou les sites de rencontres payant. Je ne parle pas de la masturbation, de plus en plus d’hommes considèrent cette activité comme de la détente, un « hobby » ou une discipline sportive quand les records commencent à tomber. Je parle de « tirer un coup » un vrai. Les putes c’est ce qu’il y a de mieux. C’est rapide, efficace, mais c’est comme les hamburgers, quand tu en as mangé un, ça va, mais une demi-heure après, tu as encore faim, tu n’es jamais rassasié. Et puis les putes, c’est un budget. Et en cette période de crise, avec la récession économique, le pouvoir d’achat qui diminue et la rigueur budgétaire imposés aux ménages, bien se faire sucer et tirer une crampe pour pas cher, ce n’est pas donné à tout le monde. Je pense sérieusement qu’il faut en parler à Edouard LECLERC, avec un slogan du genre :

« La prostituée BIO importée du Brésil, 15,27 € le kilos, l’amour et une pipe au fond de la forêt, dans une tente QUECHUA là où la vie est moins chère ! »

Déprimant, mais avec la mondialisation, les grandes surfaces souffrent de la concurrence ... Il faut les comprendre...

Je ne fréquente pas les prostitués. Pour deux prostitués, je peux acheter un jeu neuf sur PS3. Le calcul est vite fait ! Et puis je n’aime pas les relations tarifées, je trouve que sexe et argent ne font pas bon ménage, même si la prostitué reçoit du liquide par deux fois, une fois au début et une fois à la fin. J’allais comprendre mon erreur de raisonnement avec Anne-So’.

Sexe et argent font bon ménage, il y a juste une petite nuance à comprendre.

Donc il ne me restait plus que les sites de rencontre payant. C’était il y a presque deux ans, quand mon appartement ressemblait encore à une caverne. Je surfais sur Internet, de « chat » en « chat » dans des salons portant les noms équivoques de : Suceuses, gros nichons, perverses, etc. etc. en espérant une rencontre en « réel » Et puis, juste au moment ou j’allais m’inscrire sur un site de rencontre bien connu, je reçu un coup de fil d’un pote, Bruno. On discute de choses et d’autres, on planifie une soirée et puis je lui demande, par curiosité, s’il connaîtrait un « bon » site de rencontre payant. Un site de rencontre pour tirer un coup, pas pour faire payer le tout venant en croyant qu’il va tirer un coup.

« Va sur http://www.XXXXXXXXXX.com. Tu t’inscris. Tu envoies un mail à l’administrateur du site et tu lui dis que tu viens de ma part, il te fera une ristourne. Par contre, je te demanderai une discrétion absolue sur l’existence de ce site. Tu gardes ça pour toi. »

« Tu es sûr de toi, là ? » Lui demandais-je, un tantinet inquiet en entendant le nom du site.

« Tu ne vas pas être déçu... fais moi confiance » me répondit-il d’un ton très assuré.

Mon inquiétude n’avait pas raison d’être, je pouvais lui faire une confiance aveugle sur tout ce qui tourne autour du sexe, dans le sexe et autre part pour les plus vicieux : Mon pote est dans le commerce, il tient un sex-shop.

Et non, je ne vous donnerai pas l’adresse HTML du site. Il faut être méritant.

Donc je suis ses recommandations et je tombe sur un site d’une société de conseil pour entreprise, genre « nous sommes les meilleurs » « la win est avec nous » « productivité, rentabilité, on va se gaver ! » Concept très éloigné de mes bas instincts reproducteurs mâles. Un choix s’impose. Ou penser que votre ami, si l’on peut encore le considérer ainsi, c’est bien foutu de vous en cliquant sur la petite croix rouge en haut à droite de votre navigateur ou s’inscrire. Quelle ne fut pas ma surprise, après avoir reçu le mail de certification d’inscription,  de constater que ce site, soi-disant de conseil économique, cachait derrière sa page d’accueil, un site de rencontre non référencé dans les moteurs de recherche. La planque idéale. Mais dans quel intérêt ? Je savais mon pote au courant de certaines choses, que la morale reprouve et que je ne peux décemment pas vous dévoiler ici, tant le contenu peux choquer, mais dans cette situation, j’ai eu une impression de passer derrière le miroir. Aussitôt, je rappelai mon ami pour lui demander quelques explications, n’étant plus bien sûr de vouloir continuer. Imaginez-vous un instant, vous vous abonnez à « Les échos » et vous recevez tous les matins « Playboy »

 

LEVOYEUR pagesuivante rouge

Prochain épisode

Jeudi 26 août

A + Les affreux !

Pascal

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Système de Sécurité Incendie

Le voyeur - anime


Rechercher

NUMEROS D'URGENCE

POLICE 17
POMPIERS 18
SAMU 15
KRONENBOURG 1664
PASTIS 51
GET 27
EKU 28

Classes de Feu

CLASSE A Feux de solides. Feu produisant
des braises (Barbecue, merguez
cramées, etc.)

CLASSE B Feu de liquides (Vodka, cognac)
Boire APRES avoir éteind la flamme
CLASSE C Feu de gaz (Pets flambés) Juste
Après avoir passé la classe A et B,
La cause responsable de nombreux
départ de feu de pantalon, appelé
aussi le syndrôme de "l'anus braisé"
CLASSE D Feux spéciaux (métaux, artifice)
CLASSE F Feux domestiques (un remix des
trois premières classes de feu)
CLASSE X Filles en chaleur. Feu maîtrisable
de petite culotte ou de string. Ne
jamais utiliser d'extincteur, toujours
arroser à la lance à incendie.
CLASSE Q Feu non maîtrisable de fille en
chaleur. Nécessite l'intervention
de 3 casernes de pompiers pour
éteindre une fille qui a le feu au Q

Les dangers de l'alcool...

... Chez les enfants de 3 ans. Moi, à 3 ans, je savais déjà où mon tonton planquait sa bouteille de gnôle. Attention pas du tout venant, du costaud, du balèze, du lourd, de l'alcool de bûcheron des plaines de sibérie. Mon Tonton, il en mettait même dans son Solex. Après en avoir bu un verre, mon Tonton, il faisait une grosse sieste. Et moi j'en profitais pour téter la boutanche quand tonton pionçait sur son fauteuil. J'ai l'alcool imaginatif, qu'est-ce que je peux raconter comme connerie quand je suis torpillé ! Mais à 3 ans, mon trip, c'était de me déguiser en "Majorette"
Va savoir ce qu'il se passe dans la tête des gamins...
RA-TA-TATA-RA-TATA-TATA
POUET-POUET !