Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 15:48

Tombé amoureux un dimanche (2/3) suite..

 

J’étais accoudé à la table d’une terrasse d’un café parisien et je la regardais parler. Je ne l’écoutais plus depuis longtemps. J’avais jeté l’éponge. Je la voyais minauder, juger, affirmer, en joignant le geste à la parole, et sans tenir compte de mon avis. Pourtant je n’attendais que ce moment furtif où elle reprendra sa respiration. Cette vive interruption du son pour enfin lui avouer combien je la trouve belle et séduisante. Combien il m’est intolérable de ne pas la tenir dans mes bras. Combien l’attente insupportable de l’embrasser est plus douloureuse qu’un millier d’aiguilles plantées dans mon dos. Puis, je me lèverai pour m’approcher d’elle, inexorable. Je lui caresserai la joue du bout des doigts en plantant mon regard dans le sien. Je lui rangerai sa mèche derrière son oreille d’un geste doux et délicat, mais ferme et viril.

Sa mèche m’obéira.

Je l’embrasserai comme on porte une estocade. Impitoyable.

Devant tout le monde et sans retenue.

Peut-être un jour férié ?

Mais je n’ai pas ce courage. Comme tous les autres hommes, je vais lui mentir pour enjoliver la triste réalité. Je vais me comporter comme un lâche pour avoir ma pitance, pour flatter mon ego, pour faire briller mon orgueil. Nous ne sommes jamais ce que nous voulons vraiment être.

Caroline.

Elle défiait les lois de la nature humaine. Voilà une heure et demie qu’elle parlait sans arrêt, sans avoir touché à son diabolo-grenadine et sous le soleil. Pas le moindre signe de soif, pas le moindre voile de transpiration, pas le moindre signe d’essoufflement et pas le moindre signe de fatigue.  J’avais en face de moi une machine, un « TERMINATOR » à talons spécialement programmé pour faire plier les hommes. C’était certainement le dernier modèle, le plus évolué. Il fallait que je me rende compte de ma situation : j’étais faible comme un nouveau-né face à cette nouvelle menace. Elle n’aura aucune pitié, elle sera impitoyable et elle ne s’arrêtera jamais.

Je la regardais parler.

J’étais accoudé à la table d’une terrasse d’un café parisien, le menton bien calé dans la paume de ma main, luttant vaillamment contre une terrible torpeur induite par l’interminable  flot de parole, aussi saoulant qu’une bouteille de Vodka.

Je tempérai un soupir de lassitude. Il ne fallait surtout pas que je lui montre mon épuisement et je devais tenir.

Me laissera-t-elle lui dire que je la trouvais joliment habillée, dans son chemisier blanc cintré, dans sa petite jupe légère et dans ses chaussures à lanières qui lui terminaient si finement ses jambes ?

Non.

Bien sûr que non.

Elle le sait déjà qu’elle est belle.

Son flot de parole anéantissait en moi toute résistance aussi certainement qu’une anesthésie générale, aussi certainement qu’une injection de pentothal. J’étais accoudé à la table d’une terrasse d’un café parisien, le menton bien calé dans la paume de ma main et dans quelques minutes, mes paupières se fermeront. Je ressentirai cet agréable engourdissement ouaté du sommeil venant, annihilant toutes mes forces et laissant la gravité reprendre ses droits. Mon menton glissera doucement de la paume de ma main vers mon poignet. Délicatement, ma bouche prendra la place de mon menton. Le son ambiant diminuera, d’un brouhaha, à quelques paroles dans un tunnel, puis à un chuchotement pour enfin atteindre le silence absolu : le 0 décibel. Un filet de bave viendra couler et se glisser entre mes dents et mes lèvres pour venir humecter la paume de ma main. Ceci aura pour effet de la lubrifier accélérant la chute de ma tête vers la table. Comble du ridicule de la situation : le dessus de ma lèvre supérieure n’étant pas en contact avec la bave et donc sec, s’accrochera à la paume de ma main et se retournera pour venir se coller à mon nez en me bouchant une narine. Cette position inconfortable laissera à mon tortionnaire en jupe, la vision très singulière de l’alignement approximatif de mes dents jaunies, et du magnifique morceau de basilic à moitié mâché, coincé dedans. Mais de plus, ma ventilation nasale étant réduite de moitié, l’afflux massif d’air dans une seule narine, me tirera un ronflement grotesque et inadéquat à la circonstance.

 

« Veuillez nous excuser pour cette interruption momentanée de l’image et du son »

 

Pourrait dire une belle speakerine des années 60 avec une voix suave et rassurante.

Mon inconscient, désormais seul maître à bord, tentera désespérément de rétablir la lumière à tous les étages. En vain. La seule chose qui me faisait tenir dans un équilibre précaire est un affaissement de toute la structure de mon squelette coincée entre la table et le siège. Puis je serai pris par quelques soubresauts réflexes, reculant temporairement le douloureux impact de ma tête sur la table. Phase finale de mon endormissement définitif.

Et puis soudain, changement de décor.

J’étais parfaitement éveillé.

J’étais tout nu.

Il y avait beaucoup de vent.

Rectification : il n’y avait pas de vent.

Je me déplaçais dans l’air à grande vitesse. Nuance.

Plus exactement, je tombais en chute libre.

Alors j’ai paniqué deux secondes, en tentant inutilement de m’accrocher à quelque chose. Sous moi, s’étendait l’immensité du continent européen, caché par quelques masses nuageuses qui s’étalaient sur un grand quart nord-ouest, annonçant des pluies en fin de journée. Etrangement, je n’étais pas inquiet car je me savais dans un de mes rêves aussi tordu que d’habitude. Et puis, avant de m’endormir, j’avais prévu de m’équiper d’un parachute. Mais pas d’un slip. La chute était plutôt agréable, il n’y avait pas un bruit, à part le sifflement continu de l’air dans mes oreilles. Je m’essayais à quelques figures de style : Le surfeur californien, le karatéka année 70, la majorette, quand soudain j’aperçu venant de ma gauche, un cosmonaute soviétique de l’ex URSS, dans sa lourde combinaison spatiale, tenter une intrépide et aérienne brasse, pour venir à ma rencontre. Difficile de faire celui qui ne l’a pas vu quand on fait l’imbécile à poil en tombant à 200 km/h. Je le saluais timidement. Le Colonel Wladimir PISSANDLOV abattit sur mon épaule son imposante main gantée qui lui faisait des doigts gros comme des saucisses de Toulouse. Il s’accrocha vigoureusement à mon épaule et souleva la visière dorée de son casque. Il avait visiblement quelque chose d’important à me dire, un message à me transmettre du plus haut intérêt. Je haussai les épaules et je fis une moue désolé en m’excusant à l’avance

« Désolé, je ne parle pas russe ! »

« Moi si ! » Me répondit-il « Mais là n’est pas le problème. Tu dois protéger tes roubignolles. » En indiquant mes testicules de son gros index.

Cela faisait longtemps qu’un adulte mâle ne s’était pas préoccupé de mes attributs masculins. Juste ce honteux souvenir du cour préparatoire durant la visite médicale. Nous autres, petits garçons, alignés en rang, allions se faire « tâter » le paquet pour voir si les cacahuètes étaient bien descendues dans leur coque. Nous étions tous impatient et nous aspirions tous à nous faire ausculter par cette femme médecin, qui sentait bon le patchouli, et qui avait les mains douces et une paire de seins obusier, gigantesque, fantasmagorique. Mais à notre plus grand regret, nous tombions sur ce vieux pervers à moustache, qui sentait le tabac brun et qui avait les mains rugueuses et plus abrasives que de la toile-émeri. En dessous de moi, l’immensité du continent européen avait réduit au territoire français. Je chutais à une vitesse vertigineuse. Wladimir voyant le sol se rapprocher, insista lourdement et pour la seconde fois sur le fait de me protéger les kiwis, en joignant le geste à la parole. Vision très étrange de voir s’éloigner de moi un cosmonaute hilare, les jambes écartées, se tenant les organes reproducteurs à deux mains. 

Il faut toujours écouter le cosmonaute soviétique, car le cosmonaute soviétique est fataliste. L’exemple flagrant est celui de Yuri GAGARINE qui après avoir fait un tour dans l’espace, à survoler le monde libre et est retombé en U.R.S.S : c’est vraiment pas de bol !

J’avais plutôt dans l’idée que l’instinct de survie mène l’être humain à se protéger la tête avant tout, comme tous nos gestes de défense en témoignent habituellement. Vous vous imaginez durant une bataille tous les soldats se protégeant instinctivement les baloches à chaque explosion ? La guerre tournerait vraiment au ridicule. Malgré cela, je décidais d’écouter et d’appliquer les conseils avisés du Colonel tandis que je me rapprochais inexorablement du sol. Je découvris que mon point d’impact allait être Paris. Ville reconnaissable vue du ciel à ce détail : Le périphérique extérieur est toujours bouché entre Bercy et Vincennes aux heures de pointes.

Quand on est très haut, on ne voit pas la surface du sol se rapprocher. Mais plus on se rapproche du sol et plus on prend conscience de la vitesse à laquelle on dégringole. Il était temps (petit navire) d’ouvrir le parachute. Je tirais une fois d’un coup sec sur la poignée de déclenchement.

Rien n’arriva.

Je me savais dans un rêve, donc je ne risquais pas grand chose.

Je tirais une seconde fois plus vivement sur la poignée.

Rien n’arriva.

Par contre le sol arrivait vite. Je pouvais clairement distinguer les rues.

Je tirais nerveusement une bonne trentaine de fois sur la poignée. Non pas que je risque de me tuer, mais que je déteste quand quelque chose ne fonctionne pas comme je le voudrais.

« merdemerdemerdemerdemerde ! »

Devinez ?

Rien n’arriva.

J’allais donc inéluctablement m’éclater la tronche par terre. Et puis quelque chose m’interpella. Je me voyais, en dessous, accoudé à la table d’une terrasse d’un café parisien, Caroline en face de moi. Et parti comme je l’étais, j’allais tout simplement me tomber dessus. Cet événement me fit oublier le parachute.

3

2

1

 

A suivre...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Système de Sécurité Incendie

Le voyeur - anime


Rechercher

NUMEROS D'URGENCE

POLICE 17
POMPIERS 18
SAMU 15
KRONENBOURG 1664
PASTIS 51
GET 27
EKU 28

Classes de Feu

CLASSE A Feux de solides. Feu produisant
des braises (Barbecue, merguez
cramées, etc.)

CLASSE B Feu de liquides (Vodka, cognac)
Boire APRES avoir éteind la flamme
CLASSE C Feu de gaz (Pets flambés) Juste
Après avoir passé la classe A et B,
La cause responsable de nombreux
départ de feu de pantalon, appelé
aussi le syndrôme de "l'anus braisé"
CLASSE D Feux spéciaux (métaux, artifice)
CLASSE F Feux domestiques (un remix des
trois premières classes de feu)
CLASSE X Filles en chaleur. Feu maîtrisable
de petite culotte ou de string. Ne
jamais utiliser d'extincteur, toujours
arroser à la lance à incendie.
CLASSE Q Feu non maîtrisable de fille en
chaleur. Nécessite l'intervention
de 3 casernes de pompiers pour
éteindre une fille qui a le feu au Q

Les dangers de l'alcool...

... Chez les enfants de 3 ans. Moi, à 3 ans, je savais déjà où mon tonton planquait sa bouteille de gnôle. Attention pas du tout venant, du costaud, du balèze, du lourd, de l'alcool de bûcheron des plaines de sibérie. Mon Tonton, il en mettait même dans son Solex. Après en avoir bu un verre, mon Tonton, il faisait une grosse sieste. Et moi j'en profitais pour téter la boutanche quand tonton pionçait sur son fauteuil. J'ai l'alcool imaginatif, qu'est-ce que je peux raconter comme connerie quand je suis torpillé ! Mais à 3 ans, mon trip, c'était de me déguiser en "Majorette"
Va savoir ce qu'il se passe dans la tête des gamins...
RA-TA-TATA-RA-TATA-TATA
POUET-POUET !